Colloque du déjeuner avec Pedro Miguel Echenique

/, Actualitat/Colloque du déjeuner avec Pedro Miguel Echenique

Colloque du déjeuner avec Pedro Miguel Echenique

0
PATICIPANTS

« Science et créativité, l’accélérateur des affaires »

Le 26 septembre dernier s’est tenu à l’Hôtel Ultonia, à Gérone, un déjeuner-colloque avec Pedro Miguel Echenique Landiribar, professeur de physique à l’Université du Pays Basque, sous le titre : « Science et créativité, accélérateur d’entreprises ». La présentation, par l’illustre scientifique, a été faite par le Président de la Chambre de Commerce de Gérone, M. Domènec Espadalé. Des hommes d’affaires de la région de Gérone et des représentants de Perpignan et de Lleida ont assisté à l’événement.

Convoqués à 14 heures, les participants au déjeuner du colloque arrivaient à l’avance à l’hôtel Ultonia ; avant d’entrer dans la salle à manger privée où se tenait l’événement, la Chambre de Commerce avait organisé un apéritif dans une des terrasses de l’établissement, qui avait été inauguré pour l’occasion. L’apéritif a servi à créer des réseaux de contacts entre entrepreneurs et à présenter l’orateur aux participants.

Le professeur Echenique a commencé sa thèse en soulignant la nécessité d’investir dans les sciences fondamentales, c’est-à-dire la nécessité d’allouer des ressources pour promouvoir la connaissance et la R&D&I, non sans d’abord s’interroger sur l’éthique scientifique et souligner que « la science est art et progrès », un progrès collectif qui nécessite une continuité et des politiques scientifiques à long terme, pour ce faire, il a employé la métaphore du bambou : « Quand on plante les bambous il faut sept ans pour croître. Les première, deuxième et troisième années semblent être des semailles infructueuses. Quand il semble finalement leur donner, la croissance ne semble pas valoir l’effort investi dans la récolte, cependant, quand finalement les racines du bambou sont profondes et bien enracinées, le bambou pousse généreusement plusieurs mètres et quand il est récolté, il repousse encore plus résistant aux intempéries.

Bref, les idées clés de son intervention étaient :

  • Il n’y a pas de science inutile, elle est toujours utile.
  • La science doit être sauvée de l’utilitarisme excessif.
  • Des institutions d’excellence doivent être créées dans toutes les nations pour générer le progrès.
  • La somme Education+Recherche+Innovation+Culture est égale à l’Etat-providence, c’est-à-dire que plus de progrès, plus de démocratie.

Le colloque a été initié par Echenique, qui a provoqué le public avec une accusation voilée : « L’université est un atelier bon marché pour les entreprises ». La réponse ne s’est pas fait attendre, elle est venue sous la forme d’une question d’une jeune femme d’affaires d’Olot, qui a passé plusieurs années à l’étranger, avant de rejoindre l’entreprise familiale. Elle a parlé de la nécessité de rapprocher l’Université de l’Entreprise. Cela a conduit à l’une des réflexions les plus intéressantes du colloque :  » La connaissance est fondamentale dans chaque spécialité, tout comme la flexibilité dans l’université et dans les affaires. Il faut supprimer la bureaucratie excessive et créer des organisations plus flexibles. La flexibilité est vitale pour l’avenir. Ensuite, la femme d’affaires Olotina, sur proposition de l’animatrice et invitée à le faire par un directeur de la chambre, a présenté aux personnes qu’elle embauche le plan de carrière qu’elle élabore dans son entreprise, un plan qui combine les connaissances acquises dans les études universitaires avec les connaissances spécifiques et pratiques requises pour effectuer le travail pour lequel la personne a été engagée.

Pendant tout le colloque, il est apparu clairement que la science et la technologie binomiales sont le moteur d’un monde en progrès continu : atome, gène et ordinateurs sont les piliers d’un monde infini plein de choses. La nanotechnologie (le monde de l’atome) représente 30% de l’économie actuelle ; le gène (recherche biologique), c’est-à-dire l’ADN, approfondit la connaissance du secret de la vie et la révolution de la médecine et des thérapies personnalisées ; notre société devient une société de l’information qui passe d’un monde analogique à une société numérique ; la petite révolution change notre façon de créer et de comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Un jeune créateur de mode s’est interrogé sur la créativité et la nécessité de l’insérer dans le monde des affaires. La science et la technologie des matériaux aident à exprimer cette créativité.

Après un peu plus de deux heures, la plupart des participants ont dit au revoir à leur occupation. Le petit groupe qui est resté a transformé le colloque en un rassemblement au cours duquel les participants ont exprimé leur préoccupation face aux changements accélérés que vit notre société dans chacune de ses sphères d’activité.

Le professeur Echenique a marché le même après-midi à Saint-Sébastien. Le lendemain, il envoya un message au modérateur de l’acte, message dans lequel il remerciait l’hospitalité des gens de la Chambre de Commerce qui l’avaient assisté et qu’il résumait avec « Bonnes gens de Gérone ».

Girona, le 8 octobre 2018

2020-01-27T14:52:01+00:00 By |Activitats, Actualitat|

CAMBRA OFICIAL DE COMERÇ, INDUSTRIA I SERVEIS DE LLEIDA utilitza “COOKIES” per garantir el correcte funcionament del nostre portal web, millorant la seguretat, per obtenir una eficàcia i una personalització superiors, per recollir dades estadístiques i per mostrar-li publicitat rellevant. Si continua navegant o premeu el botó "ACCEPTAR" considerarem que accepta tot el seu ús. Podeu obtenir més informació a la nostra política de cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies